Collaboratif-info parle du Livre blanc et de BeWe

  • 22 janvier 2014
1024 707 BeWe

Voici l’article entier, accessible avec le lien ci-dessous mais uniquement aux abonnés :

Livre blanc

Le ROI des RSE vu sous l’angle de l’évaluation des enjeux et des risques

15/11/2013

  • financièrement…

Le ROI des RSE vu sous l’angle de l’évaluation des enjeux et des risques

• BeWe
• Infortive
• Réseau social
• ROI
• SDE Consulting
Encore un livre blanc à propos du retour sur investissement des réseaux sociaux d’entreprise, serait-on tenté de dire ! Mesurer la valeur et le ROI d’un projet de RSE se distingue toutefois des nombreuses études sur le sujet.
Il ne prétend pas fournir de données chiffrées sur les bénéfices escomptés d’un RSE. Les seules mesures présentées sont celles associées à une société fictive utilisée pour illustrer le propos.
Celui-ci se concentre essentiellement sur la méthode à mettre en œuvre pour calculer la valeur d’un réseau social et collaboratif interne, dénomination qui a la préférence des auteurs.
Le collectif d’auteurs
• Trois consultants : Hervé Bébin, directeur associé de SDE Consulting, Emmanuel Gaherin, consultant Social Business, et Xavier Gendron, PDG de BeWe.
• Trois responsables informatiques : Pierre Fauquenot DSI chez Korian, Yves Nonat, DSI d’Agefiph et Olivier Paris, responsable SI d’Olympus France.
Première difficulté : les gains ne peuvent pas toujours être mesurés financièrement.
Les entreprises ne disposent pas toujours d’indicateurs quantitatifs et, lorsqu’ils existent, la contribution du RSE peut être impossible à déterminer. Enfin, certains bénéfices ne se révèlent que sur le long terme.
Les auteurs conseillent d’évaluer la contribution des différents usages du réseau social aux enjeux stratégiques en leur appliquant une note comprise entre 1 (faible) et 4 (élevée).
Dans l’idéal, une dizaine d’usages peuvent être envisagés : le partage d’informations commerciales, l’animation du comité de direction, la gestion des projets internes, la collaboration avec les clients…
Ce sont des enjeux génériques que l’entreprise a sans doute intérêt à affiner. Ainsi, la collaboration avec les clients peut viser à raccourcir la livraison des produits et services, améliorer le taux de satisfaction, réduire les coûts de support…
Prendre en compte les risques à ne pas faire.
Cette note attribuée doit ensuite être tempérée par une note sur les risques à ne pas faire. Ce point, rarement pris en compte, relativise l’importance de chaque usage. Il convient également de s’intéresser aux risques à faire, qui dépendent des processus de l’entreprise, de sa culture et de son outillage informatique existant.
« Avant même de creuser l’analyse financière, le positionnement Risques/Enjeux est un principe de réflexion intéressant pour les décideurs », écrivent les auteurs.
La combinaison des notes de contribution aux enjeux et l’évaluation des risques sert à prioriser les usages du réseau social.
La seconde partie du livre blanc, plus classique, traite du ROI calculé en fonction des gains attendus et de l’investissement, à la fois au niveau global du projet et usage par usage.
A ce stade, les études sur les réseaux sociaux peuvent être utilisées pour aider à quantifier les bénéfices attendus, par exemple en termes d’augmentation de la productivité.
Le livre blanc propose une double grille d’analyse selon le type de logiciel, on-premise ou Saas. On constate que ce choix peut impacter le ROI global et ceux de chaque usage.
En effet, dans le cas d’un déploiement sur site, il est nécessaire de prendre en compte un coût d’infrastructure, généralement imputé à l’usage principal mais pouvant être ventilé, et un coût de licence.
Le livre blanc, un fichier PDF de trente pages qui cible les décideurs, est disponible en téléchargement. Ses auteurs le présenteront le 13 décembre prochain lors d’une conférence organisée par le CNIS (Cercle Numérique des Industries Stratégiques) dans les locaux de Microsoft.

http://www.collaboratif-info.fr/actualite/le-roi-des-rse-vu-sous-langle-de-levaluation-des-enjeux-et-des-risques